Reduire les pertes de chaleur du chauffage

par les élèves de 2 ème secondaire B de l'Athénée Léon Lepage de Bruxelles

Suite aux activités réalisées avec les élèves de 2ème secondaire de l'Athénée Léon Lepage, certains d'entre eux ont décidé vous partager quelques concepts et quelques conseil pour réduire les pertes de chaleur du chauffage


L'isolation de l'enveloppe est, de loin, le moyen le plus efficace pour réduire la consommation d'un bâtiment. Les vitrages très performants permettent aujourd'hui de diminuer drastiquement les consommations d'hivers.

Non, on n'isole jamais trop. L'isolation diminue la demande de chauffage en hivers et augmente cette de refroidissement en été mais le bilan global des consommations annuelles est toujours en sa faveur. Il est toujours utile d'isoler, même si cela entraîne la nécessité de climatiser. Bien entendu, l'idéal est de trouver des solutions naturelles pour rafraîchir le bâtiment et éviter ainsi le refroidissement.

Dans les propos ci-dessous, on supposera toujours que le bâtiment est bien isolé

On donnera également aux concepteurs, le temps et les moyens nécessaires pour étudier les détails de construction à prévoir pour éviter les ponts thermiques (principe de continuité de l'isolation).

Aujourd'hui, il convient de réaliser une enveloppe très étanche à l'air (parois, joints, portes, ...) et d'organiser une ventilation hygiénique contrôlée. Il sera très utile de prévoir un sas à l'entrée du bâtiment, particulièrement en cas de climatisation de celui-ci. On sera aussi très attentif également à la fermeture des grilles de châssis pendant la nuit et le weekend, quitte à installer des grilles motorisées.

Dans un immeuble bien isolé, le chauffage de l'air neuf hygiénique génère plus de la moitié des consommations de chauffage. On veillera à :

  • limiter le débit d'air neuf à 30 m3/h/personne en période de chauffe. Ce débit peut, bien sûr, être augmenté en mi-saison et/ou en été.
  • Favoriser les installations de ventilation "double flux" : une école est occupée 25% du temps, un bureau 30% du temps ! Il est donc fondamental de pouvoir stopper le débit d'air en période inoccupation.
  • Gérer ce débit en fonction de la présence effective des occupants: un capteur (détecteur de présence, sonde CO2,...) peut permettre de moduler le débit, par palier (ventilateur à plusieurs vitesse) ou en continu (ventilateur à vitesses variables)
  • <

Sources: